Non classé

L’inconscient collectif ou l’oubli de notre histoire humaine

Carl Gustav Jung, fondateur du concept de l’inconscient collectif  le définit ainsi : « En plus de notre conscience immédiate, il existe un second système psychique de nature collective, universelle et impersonnelle qui est identique chez tous les individus. Cet inconscient collectif ne se développe pas individuellement, mais est hérité. Il se compose de formes préexistantes, les archétypes, lesquels donnent un sens aux contenus psychiques. »

Il fait donc bien la distinction entre l’inconscient personnel constitué de tout ce qui est connu de l’individu mais qu’il a oublié ou refoulé, et l’inconscient collectif qui représente l’héritage même de l’humanité à travers ses mythes, ses croyances religieuses, son histoire. Compte tenu de mes très nombreuses expériences tant personnelles que professionnelles, il m’apparait aujourd’hui comme une évidence, que l’individu porte en réalité cet héritage par le fait même qu’il a incarné lui-même différents personnages à des époques différentes. Lors de ses vies antérieures, l’individu a été le témoin du développement, du déclin ou de la chute de la civilisation, sur des continents différents, à des époques différentes. Il est donc, par ses différentes incarnations, le légataire universel de l’histoire de l’humanité et ce, depuis sa première incarnation et porte donc en lui (logé dans son inconscient) ce bagage. Il ne s’agit pas simplement, selon moi, de l’expression d’une empreinte laissée par le temps, tel que le présente Jung, mais bien de ses propres incarnations. Jung ne fait pas référence à l’incarnation mais évoque une mémoire universelle, une sorte de bibliothèque « akashique » contenue dans chaque individu.

La théorie de la transmigration de l’âme dans différents corps n’en ai pas une pour moi, elle est un fait, une réalité et c’est ce qui diffère ma théorie de celle de Jung. Jung fait référence également à l’ensemble de tous les archétypes représentants les modèles communs à l’Homme. Comprendre ce qu’est un archétype est difficile, car Jung lui-même n’en donne pas une définition claire permettant d’en saisir le sens. Il le définit tantôt comme mode d’expression de l’inconscient collectif, tantôt comme manifestations archaïques, tantôt comme processus de transformation…

J’ai confronté mon hypothèse de travail sur l’archétype, à partir des éléments épars donnés par Jung,  basée au départ, sur mes expériences personnelles,  le but étant de comprendre ce que Jung essayait de nous transmettre. Suite à un long processus de travail intérieur, j’ai retrouvé spontanément plusieurs mémoires de mes vies antérieures. J’ai donc découvert avoir incarné une sorcière, une pythie, une guerrière, une femme-médecin, une philosophe, une savante, une impératrice, une prêtresse, une mathématicienne, une alchimiste, une psychanalyste, un écrivain, mais j’ai également retrouvé des mémoires de prostituée, sorcière, bohémienne…j’ai eu des vies de grandeurs et d’extrême misère. J’ai pour certaines d’entre elles, l’identité de la personne. C’est ainsi que j’ai intégré le fait que je porte les archétypes, certes, mais ceux-ci ne sont pas issus d’un inconscient collectif tel que présentés par Jung, mais issus de mes propres incarnations. J’ai traversé les époques avec les croyances (religion, mythes, histoire) faisant partie de l’expérience de l’incarnation du moment. C’est cette empreinte dans mon inconscient issue de mes propres incarnations qui révèle l’archétype ! Les mythes et légendes sont des allégories de l’histoire de l’humanité dont il faut retrouver leur signification dans les symboles, ce qui n’est pas chose aisée car ceux-ci ont été inversés…

Retrouver nos mémoires  (voie extrêmement difficile)  nous conduit à retrouver les personnages qui ont eu un rôle majeur dans l’histoire. L’histoire de l’humanité n’est pas celle qui nous a été transmise par différents biais (culture, éducation, croyances, etc.). Si nous voulons savoir qui nous sommes et d’où nous venons véritablement, il nous faut emprunter cette voie.

Ci-dessous une image… pour en savoir plus : www.jc-ea.com